C’est dans les périodes de crise que le bon management est encore plus essentiel à la croissance des ESN et cabinets de Conseil. Et c’est encore plus pertinent dans des secteurs où il est un levier pour fidéliser les talents en tension.

La méthode “Trust & track” (“faire confiance et assurer un suivi ») s’oppose au management autoritaire («command and control»).  L’idée consiste à instaurer une culture basée sur la confiance, mais aussi un système de monitoring qui permet à chacun de suivre la progression du travail.

Focus sur le “Manager autrement”.

 

Manager par la confiance 

Le management par la confiance permet aux ESN de saisir de nouvelles opportunités en révélant des talents. La confiance au sein des entreprises s’exprime généralement à 3 niveaux :

  • Au niveau personnel : la confiance en soi
  • Au niveau interpersonnel : la confiance en l’autre
  • Au niveau collectif : la confiance envers le groupe

 

Mais la confiance ne se décrète pas, elle se construit. Pour être digne de confiance, il faut pouvoir répondre, au moins, aux trois critères suivants :

  • Partager les mêmes valeurs.
  • Montrer sa capacité à prendre de bonnes décisions.
  • Etre prévisible.

 

En effet, le comportement d’un collaborateur en situation d’autonomie sera dicté par ses valeurs. Le fait de prendre de bonnes décisions est un facteur rassurant mais il faut également être prévisible et régulier pour le faire dans la durée.

La confiance repose donc sur 5 conditions, qui peuvent être résumés sous l’acronyme CARTE :

  • La crédibilité métier :  la reconnaissance du niveau d’expertise d’un collaborateur
  • L’authenticité : la sincérité dans la relation
  • Le respect des engagements
  • La transparence des informations
  • L’engagement individuel et collectif

 

Parce que la confiance ne va pas de soi, il incombe à l’entreprise de l’instaurer et de la faire vivre au quotidien.

Pour accompagner la confiance, la bienveillance est bien entendu sa meilleure alliée. Les équipes qui se sentent soutenues auront envie de prendre des initiatives et de créer de nouvelles choses pour toujours plus de performances.

 

 

Assurer un suivi

Il existe deux façons de mesurer  le travail de ses équipes :

La vérification : c’est la mesure a posteriori, ce qui s’apparente au contrôle.

Le problème est que, avec cette façon de procéder, le résultat arrive trop tard, quand l’action est terminée. Il n’est alors plus possible de rattraper la situation. On peut, au mieux, essayer d’en tirer des leçons pour les appliquer lors d’une prochaine tentative.

Le monitoring : c’est la mesure en temps réel.

Il s’agit d’apprécier l’action pendant qu’elle se produit, de façon à agir dans le moment et pouvoir agir sur le résultat avant qu’il ne soit trop tard.

Pour que le monitoring soit encore plus utile, les données doivent être partagées avec le plus grand nombre pour que, en permanence, l’intelligence collective se mette à la disposition de l’objectif final.

Ainsi, à chaque fois que l’on observe une action inadéquate, on peut agir en donnant un feedback immédiat, bienveillant et constructif, ce qui permet de corriger le tir pour obtenir un meilleur résultat. Cette pratique collective s’avère puissante, particulièrement efficace, et induit un fort engagement des collaborateurs.

Elle représente en soi un véritable avantage concurrentiel pour votre ESN.

 

 

En résumé, les bonnes pratiques du management “Trust & track” sont donc :

  • Dans une période où le travail à distance se développe à grande vitesse, faire confiance et donner de l’autonomie sont nécessaires.
  • Renforcer l’engagement et s’adapter au nouvel environnement post-crise.
  • Les entreprises qui auront déjà cette culture forte auront une longueur d’avance.

Et vous ? Avez-vous mis en place ces méthodes de management dans votre ESN ou votre cabinet de Conseil ? Parlons-en, nous serions ravis d’échanger avec vous !