La convergence des activités des sociétés d’Ingénierie et Conseil en Technologies (ICT) avec celles des Entreprises de Services du Numérique (ESN) se renforce et s’accélère.

Les acteurs du numérique ont su faire preuve d’agilité pour opérer des changements indispensables, leur permettant de renouer avec le niveau d’activité d’avant crise et de poursuivre des objectifs de croissance à trois ans très ambitieux. Elles continueront à accompagner la transformation numérique qui s’intensifie, dans un contexte où la gestion des talents s’annonce comme le principal défi à relever.

Cette étude dresse un état des lieux, en France, de la vitalité et des tendances du marché, établi par KPMG et Numeum, durant le 3ème trimestre 2021, auprès d’un échantillon représentatif de plus de 150 ESN et ICT.

1. Stratégie de croissance

Les indicateurs sont au vert ! Les ESN & ICT ont, pour la plupart, pu renouer avec la croissance dès la fin de l’année 2020 !

Passée la gestion de l’urgence liée à un contexte inédit, les entreprises de services numériques et d’ingénierie conseil en technologies ont dû adapter leurs stratégies à moyen terme. Cela s’est notamment traduit par un recentrage de leurs offres sur des secteurs d’activités et des services plus porteurs. Ainsi, si la transformation digitale étaient déjà le moteur principal de croissance en 2019, le Cloud et la Cybersécurité sont venus compléter le podium des services les plus dynamiques en 2020. Cette tendance se poursuit en 2021, puisque les offres liées au digital et au Cloud affichent des taux de croissance à deux chiffres. En outre, la plupart des acteurs ont retrouvé, au premier trimestre 2021, leurs niveaux d’activité pré-Covid-19. A noter enfin que les ESN et les ICT sont très nombreuses cette année à être confiantes dans l’atteinte de leurs résultats, synonyme de marché dynamique et d’adaptation de leurs modèles.

Le retour à la croissance a été porté par :

  • Le développement des offres (proposition de valeur, innovation…) pour 78% des ESN et des ICT ;
  • Les plans de recrutement pour 67% des ESN et des ICT.
  • Les stratégies de développement à l’international ont été un facteur de retour à la croissance pour seulement 38% des ESN et des ICT.

 

2. Gestion des talents

La fidélisation des talents n’a jamais été aussi stratégique pour soutenir la forte reprise de l’activité.

Avec un nombre annuel d’étudiants diplômés structurellement insuffisant au vu des besoins des entreprises du secteur et des clients, la rivalité pour attirer et garder les talents du numérique fait rage ! Les ESN et les ICT doivent dès lors faire preuve d’initiatives et d’innovation pour se démarquer dans un marché pénurique.

 

Par exemple, la digitalisation des process a permis de rendre le marché des talents planétaire. 81% des entreprises considèrent qu’il s’agit d’un avantage, notamment pour recruter des profils aux compétences plus larges et parfaitement adaptées aux besoins des clients, tout en garantissant une richesse et une mixité des talents.

 

3. Initiatives Environnementales, Sociales et de Gouvernance

Avec la pandémie, les usages du numérique se sont accélérés pour prendre une place toujours plus importante dans nos vies personnelles et professionnelles. Cela a permis d’accentuer des tendances émergentes, autour de l’organisation du travail, des modes de consommation, de l’accès à la santé ou de l’éducation.

Mais cette numérisation croissante apporte aussi son lot de défis que nos entreprises doivent relever, qu’ils soient environnementaux, sociétaux ou encore éthiques. Désormais, nos entreprises de services du numérique et d’ingénierie conseil en technologies doivent intégrer ces enjeux ESG pour évoluer vers un modèle plus durable et un numérique plus responsable.

Ces nouvelles stratégies se matérialisent par exemple par la définition d’une raison d’être, ou par la nomination d’un responsable ESG rattaché à la direction générale.

L’enjeu pour le secteur est double : intégrer les défis sociaux, sociétaux et environnementaux d’une part, et explorer le potentiel des solutions et services de type “Tech for good” et “Green tech” pour construire le « monde de demain » d’autre part.

4. Innovation

L’innovation est au cœur de l’ADN des ESN et des ICT. Une part importante de leur chiffre d’affaires est consacrée à la R&D : 5% en moyenne, et jusqu’à 9% pour les TPE / PME ! Dans quels domaines investissent-elles ? Le Cloud, devenu une technologie mature, n’est plus le 1er domaine d’investissement : il est à présent devancé par les data sciences et talonné par l’intelligence artificielle.

Cette année encore, les projets d’innovation sont majoritairement conduits en interne. Lorsque les ESN et les ICT font appel à des acteurs externes, ce sont les établissements d’enseignement publics et les instituts technologiques privés mais aussi les start-ups qui sont plébiscités, notamment en raison de leurs expertises sur des domaines pointus.

Si la recherche sur les produits et solutions est quasi-systématique, l’innovation de process et d’organisation devient une réalité… quand celle portant sur les modèles d’affaires reste à la peine. Toutefois face aux enjeux d’un numérique grandissant, les ESN et les ICT ont compris qu’elles vont devoir se saisir davantage de cet axe, porté sur de nouveaux enjeux tels que l’ESG pour parler d’innovation à impact positif.